Point Hebdo : La France en marche, le Royaume-Uni à la peine

Voilà une bonne chose de faite, la BCE a réussi, lors de sa réunion de politique monétaire jeudi dernier,  à rassurer les investisseurs tout en gardant un ton prudent. L’institution a notamment insisté sur le renforcement de la croissance et la dissipation du risque déflationniste. Ce sera à la FED de s’exprimer cette semaine et, à l’inverse de son homologue européenne, elle devrait annoncer un relèvement de ses taux directeurs. Du côté politique, c’est encore l’Europe qui fait l’actualité cette semaine. Theresa May et le parti Conservateur ont perdu la majorité absolue aux élections législatives en Grande-Bretagne faisant ainsi ressurgir le risque politique. A l’inverse, en France, Emmanuel Macron poursuit sur sa lancée, La République En Marche remporte une large victoire au premier tour des élections législatives avec 32% des suffrages. Dans ce contexte l’EuroStoxx50 et le S&P500 reculent de 0.12% et 0.28% respectivement. Du côté des taux souverains, les taux français et allemands à 10 ans se détendent à 0.64% et 0.26% respectivement. Le baril de WTI rechute de presque 4% à 45.83$.

La BCE a donc eu un discours rassurant lors de sa dernière réunion de politique monétaire jeudi. Mario Draghi a notamment rappelé que la croissance en zone euro se renforce et que les risques déflationnistes disparaissent. L’institution a donc décidé d’écarter la possibilité d’abaisser les taux directeurs (le taux de rémunération des dépôts n’ira pas en dessous de -0.4% notamment) et a revu ses prévisions de croissance à la hausse (+1.9% en 2017, +1.8% en 2018 et +1.7% en 2019). Cependant, la BCE n’entend pas normaliser sa politique monétaire de si tôt. Elle rappelle notamment l’absence de tensions sur le marché de l’emploi qui limite les pressions sur les salaires et donc sur l’inflation. C’est pourquoi, elle se réserve la possibilité de poursuivre son programme d’achats d’actifs si cela est nécessaire et estime que les taux resteront durablement bas même après l’arrêt du programme. La BCE maintient donc, pour l’heure, sa politique accommodante en se montrant plutôt optimiste. Dans un tel contexte, la hausse des taux souverains devrait rester limitée tout comme celle de l’euro. De l’autre côté de l’Atlantique, la FED s’exprimera cette semaine sur la normalisation de sa politique monétaire. Elle devrait, en ce sens, annoncer un relèvement de 25bps de ses taux directeurs. L’institution pourra notamment s’appuyer sur la poursuite du redressement de la croissance avec une nette reprise des investissements et l’apparition de tensions sur le marché de l’emploi. En effet, les entreprises peinent à trouver du personnel qualifié ce qui devrait entrainer rapidement des pressions sur les salaires et donc sur l’inflation.  Côté politique, Theresa May et le parti Conservateur en Grande-Bretagne ont subi un revers sévère lors des élections législatives anticipées du 8 juin dernier. En effet, s’ils devraient rester au pouvoir ils vont perdre la majorité absolue au parlement. La Première ministre britannique avait décidé d’organiser ces élections pour renforcer sa majorité et faciliter les négociations sur le Brexit avec l’Union Européenne. C’est tout l’inverse qui s’est produit : le parti Conservateur obtient 318 sièges sur les 650 disponibles contre 330 avant les élections. Theresa May est donc en quête d’une coalition afin de récupérer une majorité au parlement et elle s’est notamment rapprochée du DUP (Democratic Unionist Party) avec qui un accord pourrait être annoncé dans la semaine. Quoiqu’il en soit, la position de Theresa May est fragilisée et les négociations avec l’Union Européenne n’en seront que complexifiées. Dans ce contexte, la Livre Sterling chute violemment à 1.13€. A l’inverse, en France, Emmanuel Macron semble touché par la grâce. La République En Marche remporte une large victoire lors du premier tour des élections législatives avec 32% des voix. Même si cette victoire est à relativiser compte tenu de la forte abstention (50%) elle permettra probablement au jeune parti d’obtenir la majorité au parlement et d’appliquer son programme. La première réforme concernera vraisemblablement le marché du travail et pourrait être appliquée dès la fin de l’été. Cette victoire permettra à la France de donner des gages à la Commission européenne notamment concernant ses finances publiques. La levée du risque politique en France contribuera à la réduction des spreads de taux avec l’Allemagne et soutiendra l’euro.

Dans ce contexte, nous maintenons une stratégie prudente d’autant que le risque politique reste présent en Italie. La défaite du Mouvement 5 étoiles ce dimanche lors des élections locales tend à rassurer mais le parti eurosceptique reste crédité d’une forte intention de vote lors des prochaines élections législatives.

Voici un point sur la gestion de nos fonds :

Optimum

Les performances sont arrêtées au jeudi 8 juin en raison du calcul de VL à J+2 nécessaire pour éviter le décalage entre la valorisation des futures et celle des OPCVM sous-jacents. Sur la période, la valeur liquidative est en baisse de 0.23%. Cette semaine, la stratégie d’Alpha Portable est stable. Notons toutefois la sous-performance des fonds investis en actions de la Zone Euro. La stratégie de portage contribue négativement à la performance, pénalisée par le mauvais comportement de la dette bancaire. Nos couvertures sur les taux français et allemands nous coutent quelques points de performance. La performance du FCP Optimum depuis le début de l’année est de +2.70% alors que son objectif de gestion, l’EONIA+1% est stable à +0.32% sur la même période. Les encours sont de 13.8 mln d’euros.

Taux Réels Européens

Sur la semaine, la performance du FCP Taux Réels Européens est de -0.18%. Au cours de la semaine, les données fondamentales ont apporté peu de changements au paysage général. En cette première année du cycle reflationniste, la croissance est correcte et l’inflation stable à des niveaux modestes. Aux États-Unis, les sociétés peinent à trouver des salariés suffisamment qualifiés, ce qui gêne l’embauche, mais alimentera les hausses de salaires au fil des trimestres à venir. En Chine, l’initiative « One-Belt , One Road » compense un secteur des services qui manque de dynamisme. Globalement, la croissance nominale se stabilise vers 5.5%, soit  à des niveaux plus faibles que ceux du début du printemps, mais toutefois satisfaisants.
Cette reflation s’étant effectuée à crédit, les banquiers centraux conservent largement leurs biais accommodants, de façon à ne pas créer de rupture dans les marchés. Tel était le discours de Mario Draghi jeudi dernier. La Banque du Japon et la Banque d’Angleterre devraient largement s’en inspirer cette semaine. Cela ne dissuadera toutefois pas la Fed de remonter ses taux de 0.25% au cours de sa réunion. Le calendrier de la réduction de son bilan sera peut-être également précisé.
C’est au plan politique que l’actualité a été la plus remplie, notamment en Europe. Large victoire d’Emmanuel Macron au premier tour des législatives en France, défaite du clan d’un « Brexit dur » au Royaume-Uni et abandon des élections anticipées en Italie sont d’importants facteurs d’amélioration de la visibilité, qui plaident pour une sous-performance des actifs « sans risque ».
Dans ce contexte, nous avons diminué les couvertures de taux sur la France et l’Italie pour les renforcer sur l’Allemagne. Le positionnement de Taux Réels Européens reste toujours défensif… La sensibilité globale du FCP s’inscrit à -1.65.  La partie du fonds investie en monétaire (4.4%) / taux flottants (16.7%) / indexées inflation allemandes (15.3%) s’inscrit à 36.5% de l’actif net.
La performance du FCP Taux Réels Européens depuis le début de l’année est de -0.27% contre +1.10% pour son indice de référence. Les encours s’inscrivent à 39.3 mln d’euros.

Amaïka 60

Sur la semaine, la VL du FCP Amaïka 60 recule de 0.21% alors que sur la même période les actions internationales (dividendes réinvestis) gagnent 0.20% et l’Eurostoxx50 (dividendes réinvestis) perd 0.12%. Les fonds actions contribuent négativement à la performance. Notons toutefois la bonne performance du FCP Fidelity FAST Asia (+1.87% sur la période). La contribution de la partie obligataire du portefeuille est également négative, notamment à cause de la mauvaise performance du FCP Axiom Obligataire (-2.4% sur la période). Nos couvertures sur les taux français nous coûtent quelques points de performance. Au cours de la semaine, nous avons pris nos bénéfices sur le FCP Mandarine Valeurs que nous avons arbitré sur le fonds de Boussard & Gavaudan, le BG Long Term Value. L’exposition aux marchés reste stable à 53%. La performance depuis le début de l’année du FCP Amaïka 60 est de +4.07%. Les encours sont de 34.4 mln d’euros.

Résilience

La VL est calculée en J+2 (comme Optimum) pour éviter le décalage entre la valorisation des futures et celle des OPCVM sous-jacents et les performances sont arrêtées au jeudi 8 juin. Sur la semaine, la performance est de -0.06% alors que dans le même temps, l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis baisse de  0.04% et les actions internationales exprimées en Euros (dividendes réinvestis) progressent  de 0.12%. Nos positions sur les fonds Stock Picking France et Fidelity Asia Smaller Companies sont les principales contributions positives à  la valeur liquidative. Nos positions sur les fonds Kirao Small Caps et Varenne Sélection sont les principales contributions négatives à la valeur liquidative. L’exposition aux marchés d’actions s’inscrit à 45%. La performance depuis le début de l’année du FCP Résilience est de 4.47%. Les encours sont de 17.2 mln d’euros.

Altiflex

Sur la semaine, Altiflex est en hausse de 0.11% alors que dans le même temps, le marché des actions internationales (dividendes réinvestis) exprimé en Euros progresse de 0.20%. Encore une fois, l’influence des devises aura été prépondérante cette semaine, puisque si la plupart des indices internationaux terminent en territoire négatif, la vigueur du dollar Américain, du Yen et aussi du dollar Australien vis-à-vis de l’Euro aura permis aux porteurs de terminer la semaine sur une légère progression. Le portefeuille aura bénéficié du bon comportement des titres vifs, notamment des financières américaines, et aussi de celui des fonds qui en moyenne affichent une progression bien supérieure à celle du marché. Par contre, les couvertures implémentées en portefeuille ont naturellement freiné la performance.
Nous n’avons pas réalisé d’opération significative en portefeuille cette semaine, et par conséquent, notre politique d’investissement marque toujours une certaine prudence avec un niveau d’exposition autour de 70%. Nous continuons à penser que les investisseurs font preuve d’une trop grande complaisance et nous conservons cette prudence pour se prémunir d’un mouvement de prises de bénéfices.
La performance depuis le début de l’année du FCP Altiflex s’établit à +4.41% contre +2.25% pour son indice de référence (50% MSCI Monde dividendes réinvestis/50% EONIA Capitalisé). Les encours sont de 10.8 mln d’euros.

Maxima

Sur la semaine, la valeur liquidative du FCP Maxima est en baisse de 0.28% alors que dans le même temps, l’indice EuroStoxx50 dividendes réinvestis perd 0.12%. Le discours rassurant de la BCE aura permis aux marchés européens de revenir quasiment à l’équilibre sur la semaine alors qu’elle avait débuté sur quelques prises de profits. Les financières ont été à l’honneur cette semaine, tant les banques avec KBC ou Cdt Agricole que les assurances avec ING ou Aegon. A l’inverse, le recul de 5% de Valeo, suite à un abaissement de recommandation, est venu pénaliser la performance. Les fonds sont restés en ligne avec le marché européen, sans intégrer dans leur valorisation la meilleure séance de la semaine, à savoir Vendredi. Et du fait de la quasi stabilité du marché sur la semaine, les positions de couvertures n’ont pas eu d’impact significatif.
Nous n’avons pas réalisé d’opération significative en portefeuille cette semaine, et par conséquent, notre politique d’investissement marque toujours une certaine prudence avec un niveau d’exposition autour de 72%. Nous continuons à penser que les investisseurs font preuve d’une trop grande complaisance et nous conservons cette prudence pour se prémunir d’un mouvement de prises de bénéfices. La performance depuis le début de l’année du FCP Maxima s’établit à +6.44% contre +11.10% pour l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis. Les encours sont de 10.4 mln d’euros.

N.B : Les performances et réalisations du passé ne constituent en rien une garantie pour des performances actuelles ou à venir. Elles ne sont pas stables dans le temps.