Point Hebdo : Zone euro : un nouvel espoir

En Europe, l’élection d’Emmanuel Macron en France continue de susciter l’optimisme des investisseurs, d’autant que ce lundi devrait voir la situation de la Grèce vis-à-vis de ses créanciers se clarifier avec la réunion de l’Eurogroupe,  autant d’éléments qui alimentent l’appréciation de la monnaie commune. A l’inverse, entre un Président incapable de mener ses réformes et des indicateurs économiques divergents, les États-Unis inquiètent. Du côté des matières premières, les pays signataires de l’accord de Doha en décembre dernier se réuniront ce jeudi afin de statuer sur la reconduction de l’accord. Plusieurs interventions du ministre d’Arabie Saoudite laissent sous-entendre une reconduction de l’accord ce qui devrait alimenter la hausse du cours de l’or noir.  Dans un tel contexte, l’euro progresse de 2.75% sur la semaine, les taux US à 10 ans perdent 9 bps tandis que la quasi-totalité des indices actions sont en recul, le S&P500 et l’EuroStoxx50 cèdent respectivement 0.34% et 1.10% sur la semaine. Le baril de WTI progresse d’un peu plus de 5% à 50.33$ sur la semaine.

En France, le nouveau Président tente de rassembler autour de lui en vue des élections législatives. La nomination d’un Premier Ministre issu du parti Les Républicains  est un pas vers les députés de droite en vue d’obtenir une majorité au parlement. Un sondage OpinionWay publié le 3 mai dernier donne le mouvement « La République En Marche » majoritaire au parlement. Si la méthodologie utilisée reste bancale, ce résultat tend à rassurer les investisseurs qui attendent les réformes du Président. En cas d’obtention d’une majorité, celles-ci s’articuleraient principalement autour de 3 axes : la baisse des charges pour les entreprises, la réforme du marché de l’emploi et l’assainissement des finances publiques. Des réformes qui seraient donc bien accueillies par les marchés financiers. Toujours en Europe, se tiendra ce lundi la réunion de l’Eurogroupe qui décidera de l’attribution ou non d’une nouvelle tranche d’aide à destination de la Grèce pour lui permettre de faire face à ses échéances de juillet. Le gouvernement d’Alexis Tsipras a dans ce sens fait voter par le parlement de nouvelles mesures d’austérité afin de rassurer les créanciers du pays. Cependant, les élections allemandes à venir risquent d’empêcher toute décision majeure concernant la restructuration de la dette grecque, mesure à laquelle Emmanuel Macron est favorable. De l’autre côté de l’Atlantique, l’atmosphère est plus tendue. Un juge indépendant vient d’être nommé afin de faire la lumière sur l’éventuelle collusion entre Donald Trump et la Russie tandis que l’évocation d’une procédure d’impeachment à l’encontre du Président américain est de plus en plus fréquente. A un contexte politique sous pression s’ajoutent des nouvelles économiques contrastées. D’un côté les ventes au détail pour le mois de mars sont ressorties à +0.4% (vs +0.1% espéré) et la prévision de croissance pour le deuxième trimestre de la Fed d’Atlanta a été révisée à +4.1% (vs +3.5% initialement) tandis que d’un autre côté l’inflation sous-jacente est ressortie à +1.9% (vs +2% attendu). Des indicateurs économiques en demi-teinte qui pèsent sur les taux américains à 10 ans. Du côté des matières premières, se tiendra le 25 mai la réunion interministérielle de l’OPEP qui devrait déboucher sur une prolongation de l’accord de Doha, comme l’ont laissé entendre l’Arabie Saoudite et la Russie le 15 mai dernier lors d’une intervention commune. Ceci devrait limiter l’offre et permettre au pétrole de poursuivre son rebond.

Dans ce contexte nous maintenons une stratégie prudente, d’autant que le risque politique reste présent en Europe. L’élection de Pedro Sanchez à la tête du parti socialiste espagnol pourrait compromettre la capacité de M.Rajoy à réformer et l’annonce d’élections législatives anticipées en Autriche pourrait faire ressurgir le risque populiste. A l’inverse, l’avenir semble s’éclaircir pour Angela Merkel dont le parti, la CDU, a remporté une nouvelle victoire lors d’élections locales le 14 mai dernier.

Voici un point sur la gestion de nos fonds :

Optimum

Les performances sont arrêtées au jeudi 18 avril en raison du calcul de VL à J+2 nécessaire pour éviter le décalage entre la valorisation des futures et celle des OPCVM sous-jacents. Sur la période, la valeur liquidative est en baisse de 0.46% Cette semaine, les deux moteurs de performance sont dans le rouge. La stratégie d’Alpha Portable est pénalisé notamment du fait de la sous-performance des fonds investis en actions de la zone euro à l’image du FCP Schroder International Euro Equity (-2.52% sur la période). Côté portage obligataire, on notera la mauvaise performance des financières à l’image des emprunts Groupama SA 6.375% 2049 (-1.59%). Nos couvertures sur les taux allemands et français nous coûtent quelques points de performance. La performance du FCP Optimum depuis le début de l’année est de +2.18% alors que son objectif de gestion, l’EONIA+1% est stable à +0.28% sur la même période. Les encours sont de 13.2 mln d’euros.

Taux Réels Européens

Sur la semaine, la performance du FCP Taux Réels Européens est de -0.08%. Du point de vue microéconomique, la période récente a été marquée par des résultats de sociétés de très bonne qualité.  Côté macroéconomie, la donne reste rassurante en Europe, au Japon et dans la plupart des pays émergents. Toutefois, une inquiétude est récemment apparue concernant les États-Unis et la Chine. Aux États-Unis, la croissance instantanée semble proche de 1%. Par ailleurs, en Chine, un stock de dette élevé, notamment dans le secteur privé, pèse sur la consommation des ménages.
Au niveau mondial, la croissance instantanée semble comprise entre 3,5% et 4%, 0,5% plus bas qu’il y a un mois. La croissance nominale globale se stabilise vers 6%, la reflation reste bien d’actualité!
Le risque politique augmente aux États-Unis et en Chine. Aux États-Unis, la question d’un « impeachment » apparaît de façon de plus en plus envisageable. En Chine, un changement de direction politique semble peu probable, mais l’opacité du système est source d’incertitude. Enfin, sous pression sur le front intérieur, Donald Trump pourrait s’avérer belliqueux sur le plan international. Au plan géopolitique, ce sont donc les relations avec la Corée du Nord qui paraissent les plus inquiétantes.
En Synthèse, les données fondamentales restent suffisamment solides pour prévenir les risques d’effondrement boursier, surtout dans le contexte de liquidités massives générées par les grandes banques centrales. Toutefois, les incertitudes politiques se concentrent sur la région du bassin Pacifique, creuset de la croissance mondiale.
Dans ce contexte, la hausse de la volatilité devrait se poursuivre sur les actifs risqués. Ce mouvement devrait profiter marginalement aux actifs non risqués. Par exemple, les taux allemands à 10 ans pourraient rebaisser de 0,20% pour s’inscrire sur des rendements proches de 0,20% à l’horizon du mois qui vient. Pour les actions américaines et le dollar, l’ampleur de la correction sera a minima de revenir vers les niveaux prévalant avant l’élection de Donald Trump.
Le positionnement défensif de Taux Réels Européens sur les actifs risqués paraît pertinent. En début de semaine, nous avons levé les couvertures sur les taux allemands. La sensibilité globale du FCP en est rehaussé tactiquement, de -2 à +1.  La partie du fonds investie en monétaire (4.4%) / taux flottants (16.7%) / indexées inflation allemandes (15.3%) s’inscrit à 36.5% de l’actif net.
La performance du FCP Taux Réels Européens depuis le début de l’année est de +0.05% contre +0.82% pour son indice de référence. Les encours s’inscrivent à 39.2 mln d’euros.

Amaïka 60

Sur la semaine, la VL du FCP Amaïka 60 recule de 0.54% alors que sur la même période les actions internationales (dividendes réinvestis) perdent 2.24% et l’Eurostoxx50 (dividendes réinvestis) cède 1.10%. Les fonds actions contribuent négativement à la performance et notamment les fonds investis en actions asiatiques à l’image du FCP Morant Wright Sakura (-1.90% sur la période). La contribution de la partie obligataire du portefeuille ainsi que celle des fonds de performance absolue est quasi-nulle. Au cours de la semaine, l’emprunt LCH Clearnet 6.576% 2049 a été remboursé par anticipation par l’émetteur et nous avons alléger notre position sur La Foncière Verte 5.8% 2020. L’exposition aux marchés reste stable à 53%. La performance depuis le début de l’année du FCP Amaïka 60 est de +3.59%. Les encours sont de 34.2 mln d’euros.

Résilience

La VL est calculée en J+2 (comme Optimum) pour éviter le décalage entre la valorisation des futures et celle des OPCVM sous-jacents et les performances sont arrêtées au jeudi 18 mai. Sur la semaine, la performance est de -0.64% alors que dans le même temps, l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis baisse de 1.38% et les actions internationales exprimées en Euros (dividendes réinvestis) de 2.75%. Nos positions sur les fonds Stock Picking France et Exane Overdrive sont les principales contributions positives à la valeur liquidative. Nos positions sur les fonds Fidelity Asia Smaller Companies, Echiquier Value et BG Long Term Value sont les principales contributions négatives à la valeur liquidative. L’exposition aux marchés d’actions s’inscrit à 53%. La performance depuis le début de l’année du FCP Résilience est de +3.51%. Les encours sont de 16.8 mln d’euros.

Altiflex

Sur la semaine, Altiflex est en baisse de 1.62% alors que dans le même temps, le marché des actions internationales (dividendes réinvestis) exprimé en Euros recule de 2.24%. Les marchés ont été touchés cette semaine par le séisme déclenché suite aux polémiques pesant sur la Maison Blanche, laissant entrevoir la possibilité d’une procédure d’Impeachment pour le président Trump et même si celle-ci reste, en l’état, peu probable. Une prise de profits donc assez généralisée sur les marchés actions, plutôt saine malgré tout, après les fortes progressions du début d’année.
Altiflex parvient cette semaine à amortir la baisse grâce notamment à sa politique d’investissement plutôt prudente avec une exposition à peine supérieure à 70%. La performance globale des titres détenus en portefeuille a été impactée en fin de semaine par la déception consécutive à la publication de résultats de Foot Locker aux États-Unis, très légèrement en dessous des attentes, mais que les investisseurs ont fortement sanctionné (-21%). Du côté des fonds, on notera la bonne résistance des thématiques de chez Pictet (Sécurité et Communication Digitale) alors qu’assez logiquement, notre exposition aux marchés émergents par le biais du fonds GemEquity pèse sur la performance hebdomadaire avec le recul marqué du marché Brésilien.
Nous continuons à penser que les investisseurs font preuve d’une trop grande complaisance actuellement et nous conservons donc un niveau d’exposition autour de 70% pour se prémunir de la poursuite de ce mouvement de prises de bénéfices.
La performance depuis le début de l’année du FCP Altiflex s’établit à +2.96% contre +1.39% pour son indice de référence (50% MSCI Monde dividendes réinvestis/50% EONIA Capitalisé). Les encours sont de 10.7 mln d’euros.

Maxima

Sur la semaine, la valeur liquidative du FCP Maxima est en recul de 0.35% alors que dans le même temps, l’indice EuroStoxx50 dividendes réinvestis baisse de 1.10%. Les marchés européens reprennent leur souffle cette semaine et digère l’issue favorable de l’élection française et la constitution du premier gouvernement Macron. Les turpitudes des présidents Américains et Brésiliens n’ont pas aidé non plus à maintenir une tendance haussière. Dans ce contexte peu porteur, Maxima résiste bien, d’une part grâce à une faible exposition traduisant notre prudence actuelle sur les marchés, mais aussi grâce à un choix de titres plutôt résistants puisque environ un tiers des valeurs en portefeuille affiche une progression sur la semaine. Le comportement des fonds est davantage en ligne avec le marché, avec toutefois une petite prime pour la stratégie SmallCap de chez Amilton Gestion dont le comportement reste remarquable y compris dans ces phases plus difficiles. Quelques petits arbitrages ont été effectués cette semaine, dans les banques d’abord  avec la vente de Erste Bank au profit du Crédit Agricole et avec l’achat de Teleperformance pour des allègements sur Eiffage, A2A, Merck Kgaa et Total.
Nous conserverons la prudence actuelle en portefeuille avec un niveau d’exposition autour de 72%.
La performance depuis le début de l’année du FCP Maxima s’établit à +6.31% contre +10.72% pour l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis. Les encours sont de 10.1 mln d’euros.

N.B : Les performances et réalisations du passé ne constituent en rien une garantie pour des performances actuelles ou à venir. Elles ne sont pas stables dans le temps.