Point Hebdo : « Sweet spot » et déconnexion…

La semaine écoulée a été caractérisée par une volatilité et des volumes de transactions toujours en baisse. Dans ce contexte, les actifs « risqués » sont stables. Ils semblent toujours bénéficier de conditions de liquidité toujours extrêmement favorables. En effet,  les banques centrales gardent généralement un biais accommodant et les liquidités excédentaires qu’elles génèrent continuent de s’investir dans les marchés de capitaux. Par ailleurs, la croissance reste bien orientée, dans un contexte de hausse modérée des prix à la consommation.  Enfin, la baisse des risques politiques en Europe parachève un panorama de plus en plus qualifié de « sweet spot » pour les investisseurs.

Ce diagnostic positif se trouve confirmé par la baisse marquée de la volatilité, l’indice Vix finissant la semaine sur ses plus bas historiques. Une métaphore routière paraît adaptée à ce contexte : quand la route se dégage, on est tenté de rouler plus vite. Puis, l’excitation monte à mesure que la destination approche, et c’est là que les risques d’accidents augmentent.
En effet, une volatilité plus basse réduit les risques que les ordres « stop-loss » des intervenants de marché soient atteints, un facteur qui favorise l’augmentation des tailles des positions prises. Côté investisseurs, la baisse de « Valeur à Risque » liée à la baisse de volatilité exige une augmentation des investissements pour conserver une espérance de performance stable.

On observe donc une certaine déconnexion entre valorisation des marchés et fondamentaux. Ces derniers plaident notamment pour des niveaux de taux plus élevés en Europe. Tant que cela ne sera pas le cas, les actifs risqués continueront d’attirer des capitaux importants.

En synthèse, les tendances positives sur lesquelles s’inscrivent les actifs risqués vont se poursuivre, jusqu’au moment où la Fed prendra une attitude plus  agressive concernant le resserrement de sa politique monétaire, ou qu’un « accident » géopolitique (Corée du Nord, « Impeachment » de Donald Trump…) se produira. Le retournement des marchés pourrait alors être brutal, mais , pour l’instant, il ne semble pas d’actualité.

Sur la semaine, l’euro baisse de 0.61% par rapport au dollar. Les actions européennes baissent de 0.4%, les actions américaines de 0.29%. Après une semaine d’absence début mai, les actions japonaises s’octroient 1.96%. Ce sont les actions émergentes qui progressent le plus (+3%)

Voici un point sur la gestion de nos fonds :

Optimum

Les performances sont arrêtées au jeudi 11 Mai en raison du calcul de VL à J+2 nécessaire pour éviter le décalage entre la valorisation des futures et celle des OPCVM sous-jacents. Encore une belle progression pour Optimum cette semaine puisque la valeur liquidative est en hausse de 0.22%. La principale contribution à la performance est à l’actif de la partie obligataire qui profite des belles performances des perpétuelles de La Mondiale, du Crédit Agricole et du Crédit Logement. Côté Alpha Portable, la contribution, quoiqu’inférieure, est aussi positive avec notamment les fonds investis en actions de la zone euro et plus particulièrement, le fonds Schroder Euro Equity qui surperforme assez largement sa référence cette semaine. Quelques allègements ont été effectués cette semaine sur l’emprunt perpétuel Cofinoga 2.08% et sur la Touax CB 6%. La performance du FCP Optimum depuis le début de l’année est de +2.65% alors que son objectif de gestion, l’EONIA+1% progresse de +0.26% sur la même période. Les encours sont de 13.3 mln d’euros.

Taux Réels Européens

Sur la semaine, la performance du FCP Taux Réels Européens est de +0.14%. Du point de vue fondamental, les données économiques restent bien orientées. Les publications de résultats récentes confirment les anticipations favorables des analystes. Côté macroéconomie, les déceptions n’en sont pas vraiment. Par exemple, vue comme faible, la croissance américaine reste proche de son potentiel à 1.9% sur un an glissant. Côté ventes de détail, la publication de statistiques mensuelles un peu plus faibles qu’attendu masque un taux annuel de progression de 4.5%. Enfin, les prix à la production ont continué de surprendre à la hausse au Japon (2.1%) et en Europe (3.9%). Dans ce contexte, les discours des banquiers centraux restent résolument optimistes. Pas de resserrement monétaire avant que l’inflation n’ait pas repris de la hauteur. Sur des niveaux plus faibles qu’attendu (2.2%), la publication des prix à la consommation aux Etats-Unis a donc éloigné les craintes d’un resserrement monétaire trop marqué côté Fed.
Finalement, les craintes (géo)politiques ont également rebaissé. L’arrivée d’un nouveau président en Corée du sud permet d’espérer une détente avec Pyong-Yang. Aux États-Unis, le limogeage du patron du FBI par Donald Trump n’a pas inquiété les marchés, le parti républicain faisant bloc derrière son président.
En gestion, la semaine a été profitable au compartiment des titres subordonnés bancaires, notamment à ceux dont les caractéristiques d’éligibilité aux fonds propres ont évolué. Par exemple, l’obligation BFCM perpétuelle floater (isin : XS0207764712) progresse de 12% sur la période. Notre exposition initiale à ce segment (2%) sera renforcée sur faiblesse.
Au vu des éléments précités, nous conservons une stratégie défensive, mais en diminuant nos couvertures sur le marché allemand. La partie du fonds investie en monétaire (6%) / taux flottants (16.7%) / indexées inflation allemandes (15.3%) s’inscrit à 38% de l’actif net. La sensibilité au risque de taux reste faible (-1.15).
La performance du FCP Taux Réels Européens depuis le début de l’année est de +0.12% contre +0.78% pour son indice de référence. Les encours s’inscrivent à 39.3 mln d’euros.

Amaïka 60

Sur la semaine, la VL du FCP Amaïka 60 est en hausse de 0.35% alors que sur la même période les actions internationales (dividendes réinvestis) gagnent 0.49% et l’Eurostoxx50 (dividendes réinvestis) baisse de 0.39%. Au cours d’une semaine caractérisée par la bonne tenue des marchés d’actifs, les fonds actions qui contribuent le plus à la performance sont les FCP Fidelity Fast Asia(+2.22%), Mandarine Valeurs (+0.63%) et Karakoram Momentum (+1.77%). Les contributions de la partie obligataire du portefeuille sont positives, grâce à une bonne tenue de l’ensemble des supports OPC et titres vifs. Du côté des fonds de performance absolue, le FCP H2O Allegro (+1.31%) profite du contexte. l’exposition du portefeuille aux marchés actions est stable à 53%. La performance depuis le début de l’année du FCP Amaïka 60 est de +4.16%. Les encours sont de 34.5 mln d’euros.

Résilience

La VL est calculée en J+2 (comme Optimum) pour éviter le décalage entre la valorisation des futures et celle des OPCVM sous-jacents et les performances sont arrêtées au jeudi 11 mai. Sur la semaine, la performance est en hausse de 0.64% alors que dans le même temps, l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis progresse de 0.13% et les actions internationales exprimées en Euros (dividendes réinvestis) de 1.07%. Nos positions sur les fonds Echiquier Value, Stock Picking France et Mandarine Global Micro-Caps sont les principales contributions positives à la valeur liquidative. Nos positions sur le fonds Marshall Wace Liquid Alpha et nos couvertures sur le dollar par les marchés à terme sont les principales contributions négatives à la valeur liquidative. L’exposition aux marchés d’actions s’inscrit à 65%. La performance depuis le début de l’année du FCP Résilience est de +4.18%. Les encours sont de 16.9 mln d’euros.

Altiflex

Sur la semaine, Altiflex est en hausse de 0,34% alors que dans le même temps, le marché des actions internationales (dividendes réinvestis) exprimé en Euros progresse de 0.49%. Cette semaine encore, les marchés ont été plutôt bien orientés, mais cette fois, l’Europe est plutôt à la traîne, notamment les marchés de la zone Euro sur lesquels des prises de bénéfices ont été réalisées. Les contributions à la performance ont été relativement hétérogènes au niveau des titres vifs cette semaine. D’un côté, les Australiennes Qantas et BHP Billiton ont gagné près de 5% avec une actualité chargée sur les matières premières et les américaines Broadcom et Applied Materials qui ont bénéficié de meilleures perspectives sur leur segment d’activité. A l’inverse, les replis sur les financières et le downgrade de Subaru au Japon a pesé sur la performance. Au niveau des fonds, GemEquity a parfaitement capté la hausse des marchés émergents et le fonds Pictet Digital a lui aussi largement devancé la progression des actions internationales.
Notre prudence est venue freiner la progression du portefeuille. Pourtant, nous continuons à penser que les investisseurs font preuve d’une trop grande complaisance actuellement et nous conservons donc un niveau d’exposition autour de 70% pour se prémunir d’un éventuel mouvement de prises de bénéfices.
La performance depuis le début de l’année du FCP Altiflex s’établit à +4.66% contre +2.57% pour son indice de référence (50% MSCI Monde dividendes réinvestis/50% EONIA Capitalisé). Les encours sont de 10.9 mln d’euros.

Maxima

Sur la semaine, la valeur liquidative du FCP Maxima est en hausse de 0.31% alors que dans le même temps, l’indice EuroStoxx50 dividendes réinvestis recule de 0.39%. Une petite pause donc sur les marchés de la zone Euro qui, après plusieurs semaines d’embellie, restent relativement stables cette semaine. Dans ce contexte, Maxima parvient à rester dans le vert grâce à une bonne contribution des fonds sélectionnés en portefeuille, et notamment de Mandarine Valeurs, ainsi que d’une contribution aussi positive de la part de notre politique d’exposition dont la prudence, cette fois, a payé. Du côté des valeurs, le bilan est lui aussi positif du fait de l’excellent comportement des valeurs défensives à l’instar des pharmaceutiques Merck Kgaa et UCB ainsi que du producteur et distributeur d’électricité A2A en Italie. A l’inverse, les financières ont été à la traîne cette semaine, avec Axa, ING et KBC, toutes en recul sensible. Nous continuons à penser que les marchés auront tôt ou tard besoin d’une pause un peu plus marquée, avant de progresser de nouveau. Nous conserverons donc cette prudence en portefeuille avec un niveau d’exposition autour de 72%.
La performance depuis le début de l’année du FCP Maxima s’établit +6.68% contre +11.95% pour l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis. Les encours sont de 10.3 mln d’euros.

N.B : Les performances et réalisations du passé ne constituent en rien une garantie pour des performances actuelles ou à venir. Elles ne sont pas stables dans le temps.