Point Hebdo : Vers un retour du protectionnisme économique ?

Sans surprise, la FED a annoncé mercredi dernier un relèvement de ses taux directeurs de 25bps à 1%, confortée par les bons chiffres de l’emploi ainsi que par les chiffres de l’inflation de la semaine dernière (+2.7% sur l’année). Le Président américain, Donald Trump, a quant à lui présenté son premier budget fédéral qui est ressorti globalement en ligne avec ce qui avait été annoncé. Ce week-end s’est également tenu le sommet des ministres des Finances et banquiers centraux des pays du G20. Une occasion pour les États-Unis de rappeler leur volonté de mener une politique économique visant avant tout à favoriser l’économie américaine quitte à pénaliser ses partenaires commerciaux. Du côté des indices, l’EuroStoxx50 (dividendes réinvestis) s’adjuge +0.94% sur la semaine contre +0.27% pour le S&P500 et -0.52% pour le Topix. Côté taux souverains, l’annonce de la FED, déjà largement anticipée par les investisseurs, a eu pour effet de détendre les taux US à 10 ans de 8bps à 2.50%. Le baril WTI se stabilise un peu en dessous de 49$.

C’est donc sans surprise que la FED a décidé de poursuivre son resserrement monétaire la semaine dernière. L’institution est en effet toujours soutenue par de bons indicateurs économiques, la confiance des consommateurs est ressortie à 97.6 points en mars (contre 97 attendu) et les chiffres de la production manufacturière sont ressortis en hausse, à +0.5% en février. Sa présidente a toutefois tenu à rappeler que sa décision n’intégrait pas l’anticipation des conséquences liées au programme économique de Donald Trump. Trois hausses de taux sont donc toujours attendues en 2017, suivies de trois hausses supplémentaires en 2018 afin de porter les taux directeurs à la fourchette 2 – 2.25%. Le budget présenté par Donald Trump devant le congrès est globalement en accord avec ce qui était annoncé à savoir, une progression des dépenses militaires de $54Mds, une baisse du budget de la recherche médicale fédérale de 20% et une baisse des ressources allouées à la diplomatie, à l’aide internationale et au changement climatique.

A Baden-Baden ce week-end, le sommet réunissant les ministres des finances ainsi que les banquiers centraux du G20 a marqué un tournant dans les relations internationales. Les États-Unis, représentées par le secrétaire au Trésor, Steve Mnuchin, ont fait retirer du communiqué la référence à la lutte contre le protectionnisme fragilisant ainsi l’un des piliers qui unissait les membres du G20, à savoir le libre-échange. Si les États-Unis conservent ainsi la possibilité de mettre en place une politique visant à profiter avant tout aux Américains, les membres du comité ont toutefois maintenu leur engagement à ne pas utiliser l’arme du taux de change pour doper leurs exportations au détriment de leurs partenaires. Les velléités de protectionnisme du Président Trump commencent donc à se faire sentir mais le soutien partiel dont il dispose au sein du parti républicain pourrait limiter son action. En Europe, les élections Néerlandaises ont levé une partie des incertitudes politiques d’un calendrier électoral chargé sur le Vieux continent. En effet, c’est le parti du Premier ministre sortant M. Rutte qui a remporté la victoire, il devra cependant composer avec une large coalition afin d’obtenir la majorité au parlement. L’issue du vote est cependant bien accueillie puisqu’elle éloigne le risque d’un délitement de la zone euro. La prochaine échéance électorale à venir est donc l’élection présidentielle française qui réserve toujours son lot d’incertitudes. Dans ce contexte nous maintenons une stratégie prudente d’autant que les attaques répétées du Président turque Erdogan contre l’Union Européenne et notamment contre la chancelière allemande, A. Merkel ravivent des tensions géopolitiques dont l’Europe se passerait bien.

Voici un point sur la gestion de nos fonds :

Optimum

Les performances sont arrêtées au jeudi 16 mars en raison du calcul de VL à J+2 nécessaire pour éviter le décalage entre la valorisation des futures et celle des OPCVM sous-jacents. Sur la période, la valeur liquidative est en légère hausse de 0.04% Cette semaine, la stratégie d’Alpha Portable est portée par la surperformance des fonds investis en actions de la zone euro à l’image du FCP Fidelity Italy Fund (+2.92%). De l’autre côté, la stratégie de Portage Obligataire contribue négativement à la performance à cause notamment de la mauvaise tenue des financières à l’image du titre La Mondiale 5.05% 2049 . Par ailleurs, les couvertures du risque de duration contribuent positivement à la performance. La performance du FCP Optimum depuis le début de l’année est de +1.31% alors que son objectif de gestion, l’EONIA+1% est stable à +0.15% sur la même période. Les encours sont de 15 mln d’euros.

Taux Réels Européens

Sur la semaine, la performance du FCP Taux Réels Européens est de -0.08%. Alors que les fondamentaux économiques restent solides et que le risque « populiste » recule, les banquiers centraux infléchissent progressivement leur discours. Cet alignement pourrait peser sur le dollar, alimenter la tendance à la hausse des taux et des matières premières. Au cours de la semaine écoulée, les données macroéconomiques confirment la remontée de l’inflation américaine à 2.7% sur un an, la baisse du taux de chômage au Royaume Uni à 4.7%  et l’optimisme en zone euro (Zew survey : 25.6 ). Cela s’inscrit dans une tendance reflationniste ayant débuté à la fin de l’été 2016 et qui semble toujours d’actualité. C’est dans ce contexte économique global plus porteur que se sont produites les élections hollandaises. Ces dernières ont positivement surpris les marchés et fait baisser l’aversion au risque. Enfin, beaucoup de banques centrales se sont exprimées. La Fed a monté ses taux de 0.25% et prévoit encore deux mouvements similaires en 2017. La Banque centrale chinoise a également entériné de petites hausses de taux directeurs (+0.1%). La réunion de la BOE a montré que certains membres commençaient à penser à une hausse des taux, comme d’ailleurs certains officiels de la BCE, qui posaient la question de remonter les taux tout en maintenant l’assouplissement quantitatif. La Banque du Japon a maintenu son discours de  prudence, mais sans annoncer de nouvelles mesures. Ainsi, progressivement, le mieux aller économique observé aux Etats-Unis se transmet au reste des pays développés et réduit un différentiel de croissance longtemps favorable au dollar. Ce dernier rebaisse, un facteur de soutien pour les matières premières, notamment l’or. Tous ces facteurs pourraient peser sur les marchés de taux de la zone euro, alors que la bulle obligataire continue d’enfler. Dans ce marché obligataire mondial hautement spéculatif, seules les indexées inflation de notation élevée semblent attractives. A ce stade, les taux allemands restent bas, avec des points de supports sur les niveaux de  0.50% sur le 10 ans et -0.30% sur le 5 ans. Une rupture de ces niveaux serait de nature à surprendre les marchés, d’autant qu’une hausse des spreads (high yield, périphériques) ne se ferait que dans un contexte de remontée des taux obligataires allemands. En synthèse, nous maintenons une stratégie  défensive, avec une couverture sur les pays périphériques pour couvrir un écartement des spreads de taux.  La partie du fonds investie en monétaire (3%) / taux flottants (10.7%) / indexées inflation  (13.2%) s’inscrit à 27% de l’actif net. La sensibilité au risque de taux reste faible (-1.65). La performance du FCP Taux Réels Européens depuis le début de l’année est de +0.20% contre +0.45% pour son indice de référence. Les encours s’inscrivent à 37.5 mln d’euros.

Amaïka 60

Sur la semaine, la VL du FCP Amaïka 60 est en hausse de 0.29% alors que sur la même période les actions internationales (dividendes réinvestis) et l’Eurostoxx50 (dividendes réinvestis) exprimés en euros progressent de 0.18% et 0.94% respectivement. Sur la période, les fonds investis en actions asiatiques surperforment largement leurs pairs à l’image du FCP Fidelity FAST Asia (+3.91% sur la semaine). Les fonds investis en actions européennes profitent également de la bonne tenue de leur marché de référence à l’image du FCP Mandarine Valeurs. Par ailleurs, les fonds de performance absolue contribuent négativement à la performance à l’image du FCP H20 Allegro toujours très volatil. Nos couvertures optionnelles sur l’EuroStoxx50 nous coutent quelques points de performances. L’exposition du portefeuille aux marchés actions est stable à 46%. La performance depuis le début de l’année du FCP Amaïka 60 est de +2.20%. Les encours sont de 34 mln d’euros.

Résilience

La VL est calculée en J+2 (comme Optimum) pour éviter le décalage entre la valorisation des futures et celle des OPCVM sous-jacents et les performances sont arrêtées au jeudi 16 mars. Sur la semaine, la performance est de +0.48% alors que dans le même temps, l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis progresse de 0.88% et les actions internationales exprimées en Euros (dividendes réinvestis) de 0.11%. Nos positions sur les fonds Echiquier Value et Fidelity Fast Asia sont les principales contributions positives à  la valeur liquidative. Notre position sur les fonds Stock Picking France est la principale contribution négative à la valeur liquidative. L’exposition aux marchés d’actions s’inscrit à 75%. La performance depuis le début de l’année du FCP Résilience est de +2.14%. Les encours sont de 15.2 mln d’euros.

Altiflex

Sur la semaine, Altiflex gagne 0,41% alors que dans le même temps, le marché des actions internationales (dividendes réinvestis) exprimé en Euros progresse de 0.18%. L’annonce cette semaine d’une hausse de 25 points de base des taux de la Réserve Fédérale Américaine a confirmé le dynamisme récent de l’économie américaine. Ailleurs, c’est le statu quo, tant au Japon qu’au Royaume Uni où le déclenchement du Brexit est désormais possible d’un point de vue législatif. Altiflex a bénéficié cette semaine de la vigueur des titres liés aux matières premières (Anglo American, Teck Resources, BHP Billiton) dont les cours se sont repris récemment après les reculs du début d’année. Les fonds contribuent également très positivement au résultat, notamment GemEquity qui profite une nouvelle fois de la très bonne tenue des marchés émergents. Nous n’avons pas réalisé d’opération en portefeuille cette semaine, par conséquent l’exposition marque toujours une certaine prudence au regard des progressions récentes, avec un niveau très proche de 70%. La performance depuis le début de l’année du FCP Altiflex s’établit à +3.35% contre +2.40% pour son indice de référence (50% MSCI Monde dividendes réinvestis/50% EONIA Capitalisé). Les encours sont de 10.8 mln d’euros.

Maxima

Sur la semaine, la valeur liquidative du FCP Maxima est en hausse de 0.66% alors que dans le même temps, l’indice EuroStoxx50 dividendes réinvestis progresse de 0.94%. Les élections législatives néerlandaises semblent avoir temporairement rassuré les investisseurs concernant le risque politique en Europe notamment en amont des élections françaises. Par ailleurs, les chiffres d’inflation en Allemagne confirment une fois encore la thématique de reflation. La performance des titres en portefeuille est en ligne avec le marché, Valeo, Ryannair et Wirecard permettant d’annuler l’effet négatif du titre Renault, accusé de fraude sur les tests anti-pollution. Du côté des fonds, on notera la très bonne tenue de Mandarine Valeurs malgré la surperformance des valeurs de croissance sur la semaine. Fidèles à notre approche contrariante, nous avons à nouveau réduit l’exposition du portefeuille au cours de la séance de Vendredi pour la positionner autour de 73%. La performance depuis le début de l’année du FCP Maxima s’établit à +2.71% contre +5.05% pour l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis. Les encours sont de 9.8 mln d’euros.

N.B : Les performances et réalisations du passé ne constituent en rien une garantie pour des performances actuelles ou à venir. Elles ne sont pas stables dans le temps.